Energie

Quelles sont les aides pour la rénovation énergétique ?

Quelles sont les aides pour la rénovation énergétique ?

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergie en engageant des travaux de rénovation énergétique ? Quel que soit votre niveau de ressources, il y a forcément une aide qui peut vous aider à financer tout ou partie de vos travaux. Aperçu.

Le Crédit d’impôt transition énergétique (CITE)

Entré en vigueur en 2005, le CITE permet de déduire 30% des dépenses engagées, plafonnées à 8 000 euros pour une personne seule et 16 000 euros pour un couple (majorés de 400 euros par personne à charge). Disponible jusqu’au 31 décembre 2016, il concerne :

– Les travaux d’isolation
– Les travaux d’installation d’équipements utilisant des énergies renouvelables et d’amélioration du système de chauffage

Il s’adresse aux propriétaires occupants, aux locataires ou aux occupants à titre gratuit de leur résidence principale achevée depuis plus de deux ans.

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

Ce prêt permet de financer des travaux de rénovation, de réhabilitation ou d’amélioration de la performance énergétique. Vous pouvez emprunter jusqu’à 30 000 € sur 15 ans pour le financement de vos travaux qui doivent être réalisés par des artisans reconnus RGE, c’est à dire spécialisés dans les travaux d’efficacité énergétique en rénovation et l’installation d’équipements utilisant des énergies renouvelables.

BON A SAVOIR : Il est possible de solliciter un second éco-PTZ pour le même logement dès lors que le plafond global des 30 000 € est respecté et s’entend pour au moins une des catégories de travaux financés dans le cadre de ce prêt.

Les certificats d’économies d’énergie (CEE)

Le dispositif des CEE oblige les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz, GPL, chaleur et froid, fioul domestique et carburants pour automobiles) à inciter les ménages, les collectivités et les entreprises à réaliser des économies d’énergie, notamment par le biais de travaux de rénovation énergétique. L’État fixe des objectifs d’économies d’énergie à atteindre et pénalise lourdement ces « obligés » s’ils y font défaut.

Comment ça marche ?

Les « obligés » achètent auprès des ménages et des entreprises des certificats d’économie d’énergie qui correspondent à une quantité d’énergie économisée grâce aux travaux réalisés (comme, par exemple, l’installation d’une chaudière à condensation ou l’isolation d’une toiture). Le particulier peut ensuite leur revendre ces CEE en échange d’une prime énergie, afin de réduire le coût de ses travaux.

Quelque 2,5 milliards d’euros de travaux ont ainsi été financés depuis 2006. Plus d’infos par ici.

L’exonération de la taxe foncière


Si vous êtes propriétaire d’un logement neuf achevé à compter du 1er janvier 2009 ayant un label « bâtiment basse consommation énergétique BBC 2005 », vous pouvez être exonéré totalement ou partiellement de votre taxe foncière.

Pour cela, vous devez adresser une déclaration à votre centre des finances publiques avant le 1er janvier de la 1ère année où l’exonération est applicable. Plus d’infos par .

La TVA à taux réduit

Pour les travaux d’amélioration de la performance énergétique, le taux de TVA sur l’achat de matériel et les frais de main-d’œuvre pour les logements de plus de deux ans s’élève à 5,5 %.

Le programme « Habiter Mieux » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah)

Il s’adresse aux ménages à revenus modestes, avec une aide financière de 35 à 50 % du montant des travaux de rénovation thermique, limitée à 20 000 € HT. Pour financer le reste à charge, il est possible de bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro « Habiter Mieux », plafonné à 20 000 €. L’État offre également une prime complémentaire : de 1 600 à 2 000 € selon les revenus. Tous les détails ici.

Sur le même thème